CENTRE DE L'ACADIE ET DE LA FRANCOPHONIE DE HALIFAX / CAMPUS D'HALIFAX DE L'UNIVERSITÉ SAINTE-ANNE

- Le Centre -

Établissement du Centre de l'Acadie et de la Francophonie

Deux comités travaillent présentement avec les trois paliers de gouvernements pour l'établissement d'un Centre de l'Acadie et de la Francophonie de HalifaxLe Centre ») dans la péninsule d'Halifax.

Le Comité d'Action

  1. Coordonne la conception et la construction des composantes du Centre de l'Acadie et de la Francophonie dans la péninsule de Halifax.

  2. Identifie le(s) terrain(s) pour l’école du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP), la garderie Petit Voilier, le campus de l’Université Sainte-Anne (US-A) et le Centre de l'Acadie et de la Francophonie

  3. Identifie le financement du projet auprès des trois paliers de gouvernement, et d’autres sources de financement privé.

  4. Fait des recommandations aux trois paliers de gouvernement quant aux étapes de la réalisation du projet.

 

Le Comité communautaire

  1. Identifie les composantes du Centre de l'Acadie et de la Francophonie.

  2. Analyse les résultats de l'étude de faisabilité et incorpore les éléments retenus dans la planification du Centre.

  3. Suscite l'engagement des organismes partenaires et des membres de la communauté acadienne, française, francophone, francophile et d'expression française de la MRH.

Ce que nous envisageons

  1. Université Sainte-Anne - Campus de Halifax : Accueil et réception, bureaux administratifs, salles de réunion, salles de classe, salles de tutorat, salles de vidéoconférence, laboratoires, bureaux de la faculté, salon étudiants. 

  2. Centre de l'Acadie et de la Francophonie : administration et accueil du Centre; salle de spectacle multifonctionnelle : théâtre/cinéma; restaurant/cafétéria/café-bar, ateliers pour artistes; espaces d’interaction sociale; bureau de services en français des trois paliers de gouvernement; galerie d’art; librairie/boutique à cadeaux.

  3. Bureaux des organismes : Certains organismes acadiens et francophones pourront être hébergés dans Le Centre.

Un peu d’histoire de notre communauté

 

Les trois groupes suivants soutiennent la création du Centre de l'Acadie et de la Francophonie à Halifax sur le site de l’ancienne bibliothèque publique : l’Université Sainte-Anne, le Conseil communautaire du Grand-Havre et le Partenariat Acadien et Francophone de Halifax.

 

Campus de l’Université Sainte-Anne à Halifax

 

L’Université Sainte-Anne est présente dans la région métropolitaine de Halifax depuis plus de 25 ans. Nous sommes à même de témoigner de la vitalité et de l’évolution de la communauté acadienne et francophone de Halifax; l’augmentation du nombre d’élèves dans les écoles élémentaires et secondaires, la présence de plus en plus importante de notre institution pour l’enseignement collégial et universitaire de même que la place prépondérante des centres scolaires communautaires en font foi. 

 

Depuis 1992, l’Université offre des programmes collégiaux et universitaires. La migration de la population francophone vers la capitale de la Nouvelle-Écosse et l’essor économique de Halifax font en sorte que le bilinguisme est plus présent que jamais dans les entreprises. Pour répondre aux besoins grandissants de la communauté, le campus local de l’Université aura besoin de plus de 30 000 pieds carrés.

 

Le Campus de Halifax offre des services à l’ensemble de la population de la région du grand Halifax. Chaque année, plus de 700 personnes profitent de formations de qualité dans les domaines de la santé, de l’éducation, des affaires ou du français langue seconde. Le campus accueille également des services de préparation à l’emploi pour les immigrants francophones et collabore étroitement avec les services de l’immigration francophone pour la préparation à l’arrivée des immigrants.

 

En contribuant aussi activement à la formation d’une main d’œuvre bilingue, le Campus de Halifax est un acteur important de développement économique pour tous les néo-écossais. Le lien qui s’est établi au fil des ans entre les services de formation collégiale et les entreprises en est la preuve.  Il va sans dire que l’Université Sainte-Anne désire poursuivre et augmenter son engagement envers la région de Halifax et pour ce faire, elle compte sur une certaine stabilité pour ses installations physiques. Par deux fois, le Campus a eu à déménager ses installations. Il nous semble primordial de pouvoir compter sur un site qui sera le nôtre à long terme. Nous devons également disposer des espaces nécessaires pour grandir et améliorer notre offre de programmes pour la population haligonienne.

 

Conseil communautaire du Grand-Havre

 

Le Conseil communautaire du Grand-Havre (CCGH) a été créé en 1991 avec la mission de promouvoir le développement global de la communauté francophone et francophile de la région métropolitaine et s’est donné le mandat d’offrir des programmes et services à la communauté, d’établir des partenariats et des réseaux, d’agir comme porte-parole de la communauté francophone de la région métropolitaine, d’offrir des services de soutien aux organismes communautaires francophones, et de coordonner des locaux mis à la disposition de la communauté. Aujourd’hui, le CCGH est l’organisme porte-parole et rassembleur de la communauté acadienne, francophone et francophile de la municipalité régionale de Halifax en Nouvelle-Écosse.

 

Isolement et dispersion de notre communauté - Pendant les premières années après la création du CCGH, un début de sentiment de communauté commençait à émerger dans le groupe. La communauté acadienne, francophone et francophile de Halifax se donnait souvent rendez-vous à l’école du Carrefour pour ses activités culturelles et sociales en français. Cependant, depuis les derniers vingt ans, avec l’établissement de nouvelles écoles du Conseil scolaire acadien provincial à Bedford, Chezzetcook et Lower Sackville, la communauté se trouve dispersée. La migration continuelle de la population acadienne rurale vers la région métropolitaine résulte en la réémergence de la communauté acadienne et francophone dans la MRH, et se traduit en un manque d’espace scolaire.

 

Les Acadiens francophones proviennent principalement des régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse; d’autres proviennent des régions acadiennes du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve et de Saint-Pierre et Miquelon. Ils sont venus principalement pour des raisons économiques et pour chercher des opportunités de carrière. Ils retournent souvent dans leur région acadienne pour des rencontres de familles et pour réaffirmer leur identité culturelle et leur sens d’appartenance. Dispersés et entourés d’une majorité anglaise dans la Municipalité régionale de Halifax (MRH), ils retrouvent rarement des occasions de se rassembler autour d’activités francophones.

 

Depuis plusieurs générations les Acadiens de la Nouvelle-Écosse ont quitté leur région acadienne pour venir s’établir dans la capitale de la province où il n’y avait pas d’écoles de langue maternelle française. Les écoles offraient le français de base, mais rien d’autre. Petit à petit, ces familles se sont anglicisées et ont perdu leur langue maternelle, mais non pas leur sentiment d’appartenance au peuple acadien! Depuis des décennies, ces familles se rencontrent en petits groupes et parlent en anglais entre eux, mais gardent un lointain souvenir du temps que leurs parents et ancêtres parlaient le français, et un regret profond de ne pas avoir pu sauvegarder leur langue maternelle pour la transmettre à leurs enfants et petits-enfants. Aujourd’hui, avec l’émergence des écoles du CSAP, les parents et les grands-parents acadiens anglophones peuvent vivre quelques années de contact avec la langue française, mais lorsque les enfants quittent l’école, il y a un grand vide par la suite.

 

Les Francophones établis dans la MRH proviennent de partout à travers le Canada, principalement du Québec, de l’Ontario et du Manitoba. D’autres sont des nouveaux arrivants au pays, et proviennent de pays francophones tels que la France, la Belgique, certains pays d’Afrique, du Moyen Orient et des Antilles françaises. Les parents francophones peuvent vivre en français jusqu’à ce que leurs enfants graduent. La majorité des gradués quittent la province pour étudier en français au Nouveau-Brunswick ou au Québec et d’autres s’établissent ailleurs au pays.

 

Les Francophiles peuvent prendre des cours au campus de l’US-A, à l’Alliance Française de Halifax ou à d’autres institutions qui offrent des cours de français aux fonctionnaires des différents niveaux de gouvernement, aux employés d’entreprises, aux immigrants, et au grand public en général. La Province de la Nouvelle-Écosse et la MRH offrent également des cours d’alphabétisation en français aux anglophones. Le programme d’immersion crée de nouveaux Francophiles chaque année. En 2015-2016, il y avait 9 682 inscrits dans les programmes d’immersion dans le Halifax Regional School Board (HRSB), soit 20,2 % de la population totale du HRSB. Il y avait également 17 142 élèves inscrits dans des classes de français.

 

Combien sommes-nous de membres dans la communauté? - Selon le recensement 2016 de Statistiques Canada *, la population de la Municipalité régionale de Halifax (MRH) est de 397 395 résidents;  sur ce nombre, 66 365 personnes ont des origines françaises et 10 120 ont des origines acadiennes pour un total de 76 485, ce qui représente 19,3 % de la population, ou 1 résident sur 5.​ Il y a également 39 520 Francophiles dans la MRH.

*  *  Source: Profil du recensement 2016 - Origines ethniques - Faites une recherche sur la page (Ctrl F) en tapant « origines eth ».

 

Partenariat Acadien et Francophone de Halifax

 

Une entente avec la MRH en 2015 et une autre avec la Province de la Nouvelle-Écosse en 2016 assurent l’engagement de la part des deux parties à travailler dans un partenariat créé dans le but de promouvoir :

  • des relations constructives entre les communautés acadienne et francophones, la municipalité et la province à l’intérieur du territoire de la Municipalité régionale d’Halifax;

  • une plus grande visibilité de la présence des Acadiens et des Francophones dans la municipalité;

  • des services en français, des compétences locales et des voies de communication entre les différents partenaires;

  • la consultation avec la communauté acadienne et francophone afin d’améliorer ses relations pour développer :

  • le développement linguistique et culturel de ses membres;

  • la sensibilisation et l’éducation Acadienne et francophone;

  • l’employabilité des jeunes francophones dans la grande région de Halifax.

 

Une des priorités identifiées par le Partenariat était l’établissement d’un Centre de la Francophonie dans la MRH.

 

Le Centre devra offrir un environnement accueillant, à l’intérieur et à l’extérieur; il est important qu’il incorpore les technologies écologiques les plus récentes afin de réduire l’impact sur l’environnement et réduire la consommation énergétique.

retour.jpg